Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Climat


Les inquiétudes sur une sécheresse qui s’annonce sévère

Publié le vendredi 22 juillet 2016 à 16:49
Aucun commentaire

Après plusieurs mois de records de chaleur, Mayotte entre dans une phase plus fraîche mais aussi particulièrement sèche. Et le manque d’eau pourrait s’accentuer fortement jusqu’à la fin de l’année.

Pluies en juin 2016 à Mayotte: Des écarts importants par rapport aux normales

Pluies en juin 2016 à Mayotte: Des écarts importants par rapport aux normales

Cette année météo ne fait pas dans la demi-mesure. Après un premier trimestre particulièrement pluvieux et chaud, avec à la clé de nouveaux records mensuels, Mayotte entre dans une nouvelle période peut-être plus préoccupante que la précédente. On parle cette fois-ci de sécheresse et elle pourrait être particulièrement marquée.

Déjà au mois de juin, les indicateurs ont de quoi alerter. Il n’est tombé que 4mm à Mamoudzou, 11mm à Mzouazia et 33mm à Mtsamboro. «On est très très déficitaire au nord-est, de Koungou à Dembéni et sur Petite Terre, et déficitaire dans l’extrême sud», explique Bertrand Laviec, le responsable de Météo France à Mayotte. On s’approche en effet des niveaux de pluies historiquement faibles.

«Au-delà des aléas, ce qui est intéressant de regarder, c’est le rapport à la normale depuis la fin de la saison des pluies, début avril. A part à Pamandzi où la pluviométrie est à 90% de la normale, partout ailleurs on est entre 53% et 70% des précipitations normales». C’est Dembéni qui décroche la palme du plus grand écart par rapport aux normales.
«On parle toujours de saison sèche mais il ne faut pas oublier que normalement, il pleut tout de même un peu durant cette période de l’année», rappelle Bertrand Laviec.

La niña et ses conséquences

Après l’épisode El niño, l’ensemble de la planète et donc l’océan Indien commence à subir les effets du contre-coup, la niña, avec des températures océaniques qui connaissent des niveaux anormalement bas. «A Mayotte, les précédents épisodes de la niña se sont traduits par des températures plus fraîches et surtout par une pluviométrie moins importante et une saison des pluies plus tardive», explique Bertrand Laviec.

La protection des captages était au menu du précédent SDAGE

Les retenues collinaires qui assurent une part importante de l’alimentation en eau de Mayotte

Si le météorologue ne va plus loin dans le raisonnement, il se pourrait bien que l’enjeu des prochains mois à Mayotte, sera le maintien de l’accès à l’eau aussi bien dans les campagnes que dans les zones urbaines.

Pire que fin 2015 ?

Comme dans tous les départements, le comité sécheresse continue de se réunir régulièrement sous l’égide de la préfecture et avec l’ensemble des acteurs impliqués sur les questions de l’eau à Mayotte, de la DEAL au SIEAM, en passant par l’ARS et le département.
La situation de crise de la fin de l’année dernière pourrait donc avoir servi de répétition grandeur nature pour la fin de cette année 2016. Cette période avait été marquée par des restrictions de l’usage de l’eau et l’arrivée dans le département de pompes pour assurer un basculement des eaux du nord vers le sud.

Impossible de savoir si ces analyses seront pertinentes à 100% mais à Météo France, on alerte également sur l’impact à plus long terme de changements climatiques de plus en plus perceptibles sur notre île. En raisonnant à l’échelle du siècle, les spécialistes prévoient que cette situation anormale devienne la règle, avec une saison des pluies qui déverserait sur nous les mêmes quantités d’eau, mais sur une période bien plus restreinte.

Au moment où les travaux sur le Plan Climat Energie (PCET) viennent d’être lancés par le département, tous les acteurs du secteurs sont d’ores-et-déjà prévenus des enjeux pour notre île.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
HIER Un conjoint violent en plein cœur de Mamoudzou
HIER Le personnel de MCG en grève illimitée à partir de lundi
HIER Les prix restent stables au mois de janvier à Mayotte
HIER Un week-end pluvieux lié à la présence provisoire du flux de mousson
HIER Conférence « Sous la langue française, l’île » au Centre universitaire ce vendredi
2 jours Conflit interne MCG : sur la voie d’un accord
2 jours Matinale CCI : Management environnement et rentabilité économique
2 jours Ouverture des inscriptions de la 16ème édition du Beach-Foot Entreprises
2 jours Jours de fermeture de la salle de lecture des Archives

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Plainte MCG-JM Henry contre TV Mafoubouni: Jugement pour injures publiques le 5 avril
La dernière réquisition du procureur Garrigue sur la prise en charge de la délinquance à Mayotte
Arrivée de CASSIOPPEE à Mayotte cette année, mémoire nationale des faits de délinquance
Pris en flagrant délit de trafic de stup, ils continuent à nier
En djellaba et armé d’un pistolet-jouet : Il joue le rôle de sa vie
SNUipp : une amende de 19.000 euros qui a du mal à passer
Deux nouveaux magistrats à la Cour d’appel, alors que la délinquance à Mayotte augmente de 2,8% en 2016
Le SNUipp condamné en appel à payer 19.000 euros


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
30°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL