Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Education


Les parents d’élèves de Ouangani écrivent une lettre ouverte à la Ministre des Outre-mer

Publié le jeudi 31 août 2017 à 11:26
Aucun commentaire

Alors qu’Annick Girardin s’entretenait ce jeudi matin avec des lycéens et des représentants de la communauté éducative au Lycée de Petite Terre, des parents d’élèves de Ouangani exposent la situation de l’éducation dans leur commune, après une rentrée scolaire sous tension.

La mairie de Ouangani

La mairie de Ouangani

«Une véritable discrimination qui est faite envers nos enfants». Des parents d’élèves de la commune de Ouangani publient une lettre ouverte à la ministre des outre-mer qui entame ce jeudi matin une visite de 4 jours à Mayotte. Ils dénoncent une «inégalité de traitement dont souffrent les Mahorais dans tous les domaines».
Ce sont d’abord bien entendu les conditions d’accueil des enfants dans les écoles qu’ils expliquent à la ministre : les rénovations des écoles et leur mise aux normes en termes de sécurité et d’hygiène se font attendre, la restauration adéquate pour nos enfants est toujours inexistante, les activités périscolaires n’ont jamais vu le jour dans nos écoles, les salles de classe font toujours défaut ce qui entraine des rotations dans certaines écoles… «Nos enfants ne connaissent pas la joie d’avoir un infirmier ou/et un médecin scolaire, dans leurs établissements», précisent-ils.

Concernant les rythmes scolaires, comme «aucune réunion du comité de pilotage ne s’est tenue, alors que le PEDT en prévoit 3 par an», il n’existe «aucun suivi ni bilan de ces rythmes scolaires». Pour eux, les conséquences sont évidentes : «la réussite des élèves n’est pas au rendez-vous. Plus de 40% des enfants qui entrent en sixième ne savent ni lire ni écrire.»
«Madame la Ministre, que font les services de l’Etat dans le suivi des fonds alloués aux communes pour mettre en place les rythmes scolaires?» se demandent-ils.

La «cacophonie totale»

Et ces parents rentrent dans les détails. «Avec tous ces problèmes plus urgents les uns que les autres, voici que la mairie de Ouangani et le vice-rectorat se mettent à jouer avec l’avenir de nos enfants», dénoncent-ils. Il citent les horaires que la municipalité de Ouangani souhaite appliquer dans ses écoles (de 7h à 12h15 et de 12h à 17h), sans «services adéquats pour l’accueil de nos enfants dans le cadre des rythmes scolaires», en particulier la restauration et les activités périscolaires.

Une école primaire

Les questions des écoles et de l’éducation en général, au coeur de la visite d’Annick Girardin

«Dans cette cacophonie totale, quand nous accompagnons nos enfants à 7h dans les écoles, il n’y a pas d’enseignants puisqu’ils commencent à 8h (comme le veut le vice-rectorat). A 11h la journée se termine, puisque l’après-midi la mairie se désengage de toutes responsabilités».

Et leurs dernières questions s’adressent directement à la Ministre : «Quand est-ce que nos enfants auront les mêmes conditions de travail que leurs camarades de Saint-Pierre et Miquelon? Quand est-ce que nos enfants auront les mêmes chances de réussite que leurs collègues de l’académie de Rennes? En effet, à Mayotte le taux de réussite au BAC 2017 est de 48% (au 1er tour) alors qu’au même moment celui de l’académie de Rennes est de 92 %».
Toutes les questions liées à la jeunesse en général et à l’éducation en particulier seront décidément et à juste titre, au cœur de cette visite ministérielle.

PM
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
16:42 Levée de la vigilance-Orage ce mardi à 16h30
15:03 Grève : La FSU assume son mouvement du 22 février
12:44 Plus de 1000 personnes à la manifestation intersyndicale
10:08 Mayotte en vigilance-Orage ce mardi à 10h
4:45 Grève Education: un choc d’investissement, dans le primaire aussi
HIER Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile
HIER Entretien des routes: Mamoudzou a investi 5,7 M€ en 3 ans
HIER Malgré l’absence de ramassage scolaire, le lycée du Nord est ouvert, rappelle son proviseur
HIER Le collectif des citoyens de Mayotte s’associe à la grève du 20 février sur fond de guerre syndicale

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL