Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Education


Les vacances agitées des syndicats de l’Éducation nationale

Publié le mardi 12 décembre 2017 à 5:30
Aucun commentaire

Avant que la cloche ne sonne, les inquiétudes suscitées par les violences importées jusque dans les établissements scolaires étaient encore vives, alors que dans le primaire, c’est le sujet de la scolarisation des moins de 3 ans, qui fait réagir. Avec une demande : que la compétence des constructions scolaires revienne au vice-rectorat.

Le "hub" de transports scolaires du lycée de Kahani doit être sécurisé

Le « hub » de transports scolaires du lycée de Kahani doit être sécurisé

Quelques jours avant que ne retentisse la sonnerie des vacances de Noël, le syndicat SNES-FSU interpelait les médias sur le droit de retrait déclenché par le personnel pédagogique du lycée du Nord, les cours ayant repris au lycée de Kahani après plusieurs jours de suspension. Une des demandes portait sur la prise en charge de l’échangeur de transport scolaire, qui a reçu un écho favorable au vice-rectorat.

Lors d’une réunion tenue le 5 décembre, en présence du Secrétaire général et du Directeur de cabinet de la vice-recteur, le syndicat a dû justifier de l’exercice de ce droit de retrait dans le nord, dont l’application sous-entend un danger imminent. Ce n’est pas le cas pour les représentants de l’Education nationale qui, selon le syndicat, y voient un « service non fait », promettant « des retraits de salaires ».

Pour le SNES-FSU, il y a bien violences, qui prennent la formes « d’affrontements violents, allant au-delà de simples bagarres du fait de l’utilisation de lourdes pierres ou d’éléments de mobilier », et « une agression entre élèves à l’intérieur de l’établissement ». Il précise que le registre de danger grave et imminent a été rempli au sein de l’établissement.

L’administration a répondu que les travaux de construction de la clôture et d’élévation du portail ont été engagés, qu’il y aura un deuxième personnel de direction à la rentrée de janvier 2018 « comme d’ailleurs dans tous les établissements de plus de 1500 élèves ». Au final, le vice-rectorat décidait de suspendre sa décision de sanction financière « en attendant de voir le registre. »

Les moins de 3 ans entrent dans la danse de la rotationMarelle récréation

Le syndicat SNES-FSU indique soutenir le droit de retrait de leurs collègues, avec le même assentiment du côté du SE-UNSA, qui exprime sa colère sur un autre sujet : celle de la surpopulation scolaire dans le primaire. Une réaction à une rencontre récente au vice-rectorat en présence de représentants d’organisations syndicales sur la question de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans.

Une rencontre que le secrétaire départemental du syndicat juge décevante en raison de l’absence des principaux représentants tant du côté du vice-rectorat, que du personnel du 1er degré, mais surtout en lien avec le contexte : « Envisager ce vrai sujet qu’est la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, quand tout le monde sait que nombre d’écoles de l’île sont encore en rotation, et qu’il reste des enfants non scolarisés (pourtant entre 6 et 16 ans, donc en obligation de scolarité) dans les communes les plus peuplées, n’est-ce pas incongru ? »

Le syndicat demande que la délégation de construction des écoles revienne au vice-Rectorat et à la Préfecture comme c’est le cas dans le second degré. « La prise en charge de tous les élèves ne pourra s’envisager qu’à cette condition. Tout le reste en dépend ». Il rejoint là une des demandes du SNUipp-FSU qui voit bien l’Etat se charger d’un dossier dans lequel les communes ont failli à travers le SMIAM.

« Les enjeux de telles décisions dépassent le cadre de l’éducation : elles conditionnent l’avenir social du territoire », conclut le syndicat qui appelle les acteurs institutionnels et politiques à « s’associer pour scolariser tous les enfants dès l’âge de 3 ans. Les solutions à ces difficultés, tout le monde les connaît depuis longtemps. Le SE-UNSA Mayotte ne cesse de les décliner avec les autres organisations sociales depuis des années. Il est grand temps de nous donner les moyens d’agir ! »

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Votre agenda du week-end
HIER Nouvelle vague de violences ce vendredi matin au lycée de Kahani
HIER Mayotte se prépare à un exercice cyclonique la semaine prochaine
HIER Mayotte En marche avec les Outre-mer
2 jours Berguitta : scènes de dévastation à la Réunion
2 jours Coupure d’eau à Ouangani à la suite d’une casse
2 jours Et si vous deveniez animateur sportif ?
2 jours Air Austral compte sur une réouverture des aéroports de La Réunion ce vendredi
2 jours Hausse des prix de 0,2% en décembre

MAGAZINE
Rotary VIH
Le Rotary Club offre 1500€ pour la lutte contre le VIH à Mayotte. L’association nous a ouvert ses portes


CARNET DE JUSTICE
L’élection de Ramlati Ali annulée par le Conseil Constitutionnel
Dealers de bangué « c’était ça ou voler »
Quatre ans ferme pour le chef d’un réseau de kwassas
Deux grévistes de MayCo échappent de peu à la prison
Âgé de 24 ans, il a un bébé avec une collégienne de 12 ans
Une enquête ouverte suite au glissement de terrain fatal à Koungou
Victime de violences conjugales, elle menace de « tuer l’enfant » si son compagnon va en prison
« La paralysie du Tribunal de travail de Mayotte se confirme » pour le Medef Mayotte


PORTRAITS
Djibril Cissé 2
Djibril Cissé « Renvoyer l’ascenseur aux jeunes serait une bonne action »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL