Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Politique / Fiscalité


Leur commune ne fait pas d’économies, les contribuables de Bouéni devront payer pour les dettes

Publié le mardi 13 septembre 2016 à 17:13
Aucun commentaire

La chambre régionale des comptes maintient sous tutelle du préfet le budget de la commune de Bouéni. C'est la 7e commune mahoraise dans ce cas. Jugeant les économies insuffisantes, la CRC demande que les impôts locaux épongent le déficit.

CRC logo

La CRC épingle le budget de Bouéni

La commune de Bouéni avait jusqu’à fin 2015 pour épurer ses comptes. Avec un budget sous tutelle du préfet depuis 2010 pour cause de déséquilibre, la municipalité devait s’astreindre à une bonne gestion et à un bon régime… Mais l’effort n’a pas été suffisant. Dans un arrêt rendu hier lundi 12 septembre, la chambre régionale des comptes (CRC) constate que «les mesures de redressement prises par la commune de Bouéni sont insuffisantes».

En effet, si les comptes 2015 de la commune laissent apparaître un résultat excédentaire de plus de 420.000 euros (déficit de fonctionnement de 323.579€ et excédent d’investissement pour 745.364€), le report des déficits des années précédentes font plonger le résultat. Les comptes sont finalement déficitaires de 931.000€.
Conséquence, après quelques corrections, le budget primitif de 2016 reste donc encore dans le rouge avec un déficit prévisionnel de 561.642€. Et les choses ne sont pas prêtes de s’arranger car la CRC estime que les «mesures prises par la communes pour résorber son déficit, manifestement insuffisantes en 2015, le sont également en 2016»… La cour indique même très simplement que la commune n’a envisagé «aucune mesure d’économie» pour cette année.

Les impôts pour combler le trou

Résultat, la CRC propose à nouveau au préfet de Mayotte de continuer de régler le budget primitif 2016 de la commune… et de trancher sur les taux d’imposition. La CRC considère en effet qu’il ne reste plus que «le levier fiscal» pour rétablir l’état des comptes. «Aucune recette complémentaire significative ne pouvant être identifiée, toute dérive budgétaire ne pourra être résolue que par un recours accru à la fiscalité directe locale», conclut cruellement la Cour.

Mairie de Bouéni (Image: AMM)

Mairie de Bouéni (Image: AMM)

Pour autant, la CRC est incapable de préconiser une hausse précise des taux d’imposition, pour cause de «travaux en cours» sur les bases fiscales de la commune. Elle laisse donc au préfet le soin «de se rapprocher de la direction régionale des finances publiques pour fixer des taux d’imposition permettant de générer cette recette complémentaire.»

La Cour veut toujours des économies

Les contribuables de Bouéni vont donc devoir mettre la main au portefeuille pour que leur ville récupère plus de 560.000 euros, la somme qui manque pour atteindre l’équilibre. La mesure pourrait donc faire mal mais elle est loin de tout régler.

La CRC rappelle en effet que «si l’augmentation de la fiscalité locale permet le comblement du déficit sur l’exercice 2016, l’équilibre budgétaire de la commune reste fragile à court terme». Elle continue donc à appeler Bouéni à «mettre en place un véritable plan d’économies» pour renouer et maintenir l’équilibre budgétaire sur le long terme… «compte tenu du dynamisme de ses dépenses». La Cour a par exemple noté que ses «charges de personnel» ont encore augmenté de plus de 110.000 euros pour s’établir à 2.974.324€…

Sept budgets sous tutelle

A la décharge de la commune, la Cour note tout de même que les bases fiscales des impôts locaux étant encore non stabilisées, la commune est bien en peine «d’évaluer de manière précise (…) son impact sur le montant des recettes fiscales attendues en 2016»… Bref, le flou se rajoute au trou.

Après sa rencontre avec les maires, le préfet Frédéric Veau avait indiqué que la Chambre régionale des comptes avait été saisie de 12 budgets, donnant lieu à 6 avis concluant à l’arrêt d’office du budget par le Préfet. Et pour ces 6 communes au budget sous tutelle, la préfecture avait indiquait qu’elle «ne peut guère s’écarter des préconisations de la CRC»… La commune de Bouéni est donc désormais la 7e dans ce cas: Contribuables de Bouéni, vous savez donc ce qui vous attend.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Labattoir pleure la chatouilleuse Feda Attoumani, décédée dans la nuit.
2 jours Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
2 jours Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
3 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
3 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
3 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
3 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
3 jours 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
4 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL