Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Education


Lycée de Chirongui: Une intersyndicale SNES-CGT appelle les enseignants à exercer leur droit de retrait

Publié le lundi 17 avril 2017 à 5:00
Aucun commentaire

La méthode est probablement discutable mais les problèmes soulevés sont réels. Une intersyndicale attire l’attention sur le lycée polyvalent Tani Malandi de Chirongui qui cumule un grand nombre de dysfonctionnements, jusqu’à, selon les syndicats, mettre élèves et personnels en danger.

Lycée de Chirongui

Le lycée de Chirongui

Alors que pour certains syndicats, les motifs de tensions se multiplient dans l’Education nationale en cette fin d’année scolaire, une intersyndicale CGT-SNES appelle les personnels à exercer leur droit de retrait au lycée polyvalent Tani Malandi de Chirongui. Il ne s’agit pas de répondre à une urgence particulière, comme le veut généralement l’usage pour ce type d’action, mais de dénoncer l’état général de l’établissement qui, selon les syndicats, fait courir des risques multiples aux élèves et aux personnels.

Dans un communiqué diffusé ce dimanche, les syndicats disent «non à la résignation et au fatalisme».
«Cela fait des années que la situation est connue mais aujourd’hui, plus que jamais, nos organisations ont le devoir de dénoncer vigoureusement l’état d’insalubrité de cet établissement dans lequel les conditions de mise en œuvre du droit de retrait sont pleinement réunies», estiment-ils.

La longue liste des «risques»

Et les syndicats de lister les très nombreux risques qui se sont accumulés au fil du temps au sein de l’établissement. Ce sont d’abord ceux «liés aux chutes de hauteur (à travers le plancher) ou de plain-pied (entorses multiples) notamment en raison de planchers, glissants, troués et/ou en voie de putréfaction suite à l’humidité provoquée par la mauvaise isolation des algécos construits à l’origine pour une utilisation provisoire». Il y a ensuite, les risques d’électrocution «car l’eau dégouline régulièrement sur les installations électriques (site du LGT); de plus, la cour et les ateliers de la SEP sont régulièrement inondés avec des équipements électriques dans l’eau».

Le lycée de Chirongui

Le lycée de Chirongui, un ensemble d’algécos qui vieillit mal, selon les syndicats

L’intersyndicale liste encore des risques d’inhalation de vapeurs toxiques «dûs à l’absence de rangements spécifiques et pour le stockage des produits dangereux des ateliers (acétone, diluant, acide, colle, vernis…)», d’autres liés aux émanations «suite à la construction sur zone non dépolluée», à la «non-conformité de nombreuses machines, dispositif de sécurité défectueux, poussière de bois (SEP)», mais aussi des risques «d’inondation et de submersion en raison de la situation particulière du lycée situé en zone inondable» ou encore «de blessures et de maladies graves suite à un défaut persistant de conformité des installations et des bâtiments de l’établissement avec les normes de sécurité (SEP)».

Les syndicats pointent enfin l’absence d’une alarme incendie fonctionnelle sur le site du lycée général.

Un retrait pour alerter

Alors que les organisations syndicales reconnaissent que «cette situation n’est pas récente», le SNES et la CGT y voient l’occasion de saluer «la grande responsabilité et (le) grand dévouement» des personnels. «Il est inacceptable de continuer ainsi», expliquent-ils, considérant que toutes ces raisons permettent d’exercer «légitimement» leur droit de retrait.

Le climat politique général actuel mais aussi des enjeux propres aux syndicats et aux instances de l’Education nationale jouent incontestablement à plein actuellement dans cette dénonciation. Néanmoins, «dans l’intérêt des usagers et des agents du lycée Tani Malandi», la volonté des syndicats «d’alerter les autorités concernées» semble bel et bien justifiée. La méthode est peut-être discutable mais nombreux sont ceux qui justifient régulièrement ce type de coup face au mutisme des instances. Cette fois-ci, il s’agit donc bien de conduire le vice-rectorat «à prendre des décisions susceptibles de remédier à ces graves atteintes aux conditions de travail et à ces menaces sur la santé de tous, personnels comme usagers».

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Mise en place de la retraite complémentaire à Mayotte : partenaires sociaux et parlementaires au travail
HIER Bourse aux vêtements à Bandraboua: après la collecte, la revente le mardi 22 août
HIER Grève chez Total : le coordinateur national FO écrit à la direction du groupe
HIER Grève à Total : le MEDEF demande des mesures pour les entreprises au préfet
2 jours Grève à Total : toujours l’impasse
2 jours Une assemblée plénière du Conseil département lundi prochain
2 jours Le conflit Total entre dans sa 2e semaine : le point sur les arrêtés préfectoraux
2 jours Le Département défend le recrutement du directeur de la MDPH
3 jours Madagascar : un employé de banque détourne 400 millions d’ariary

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL