Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Océan Indien


Madagascar secouée par des faits divers sordides et des affaires de corruption au sommet de l’Etat

Publié le samedi 8 avril 2017 à 16:28
Aucun commentaire

Les pages faits divers des journaux malgaches se remplissent d’affaires toujours plus lourdes. Alors que des crimes violents et sordides se déroulent dans tout le pays, une nouvelle affaire de corruption frappe le pouvoir.

Le centre de Tananarive

Le centre de Tananarive

La presse malgache en tellement que l’affaire est devenue le «feuilleton de Madame Claudine». Claudine, c’est madame Razaimamonjy, femme d’affaires et conseillère spéciale du président de la République qui a est poursuivie depuis hier vendredi 7 avril, pour corruption. Après sa garde à vue, les enquêteurs du Bureau indépendant de lutte anticorruption (Bianco) qui l’ont auditionnée pendant quatre jours avaient pour obligation de la transférer devant la juridiction compétente. Et elle a été placé en détention provisoire.

«Madame Claudine» est soupçonnée de « avoritisme dans l’attribution de marchés publics, de détournement de deniers publics, de recel de détournement de deniers publics, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent»… Rien que ça!

Dans un pays habitué aux scandales de ce type, le mandat de dépôt décerné contre elle a surpris, jusqu’à la mise en cause elle-même qui a fait un malaise avant d’être transférée à l’hôpital. Car elle était considérée comme une intouchable à Madagascar du fait de sa proximité avec le pouvoir. Elle est membre fondateur du parti au pouvoir et c’est une amie proche du couple présidentiel.

Détourner l’attention des violences

Le «feuilleton» permet ainsi de détourner l’attention de la population au moment où des faits divers extrêmement violents et sordides s’enchaînent. Pour ne citer que les 3 derniers, il est question de viols, de meurtres et de justice populaires.

Tananarive

Tananarive

Ainsi, hier vendredi, des émeutes ont éclaté à Bealanana, à une centaine de kilomètres au sud-est de Nosy Bé, après la découverte du corps d’une jeune fille de 14 ans, victime d’un viol collectif avant d’être agressée à mort, à la sortie des cours.
Ces violences étaient consécutives à l’arrestation des quatre auteurs présumés. La gendarmerie a été copieusement caillassée, les forces de l’ordre ripostant à coups de grenades lacrymogènes et en interpellant une douzaine de manifestants.
Les quatre suspects ont été transférés et un couvre-feu a été instauré pour ramener le calme.

Dimanche dernier, à Andapa, toujours dans le nord malgache, un homme a été exécuté à la machette en pleine rue, au milieu de la foule. Soupçonné d’avoir mis le feu à plusieurs cases, il a d’abord été pris à partie par la foule, en présence de nombreux enfants, avant d’être menotté, lynché et achevé de plusieurs coups de machettes.
La scène de vindicte populaire était insoutenable… et a été filmée par des spectateurs avant d’être diffusée sur les réseaux sociaux.

Le viol de religieuses

Enfin, à Antsirabé, 26 suspects ont été interpellés après l’agression et le viol de religieuses. La semaine dernière, une dizaine de malfaiteurs a fait irruption dans un couvent. Après avoir sauvagement frappé un homme qui voulait s’interposer, les voleurs ont dévalisé l’endroit, rassemblant les objets de valeur, l’argent et les portables. Avant de quitter les lieux, plusieurs des agresseurs ont violé les cinq sœurs présentes.

L'ancienne gare dans le centre-ville d'Antsirabé à Madagascar

L’ancienne gare dans le centre-ville d’Antsirabé à Madagascar

L’une d’elles, originaire d’Allemagne, a depuis quitté Madagascar à la demande de sa famille.

Parmi les 26 personnes appréhendées par les gendarmes malgaches, 7 suspects ont formellement été identifiés par leurs victimes. Parmi eux se trouverait le chef de cette bande, déjà connu des forces de l’ordre pour des faits similaires. Les investigations sont loin d’être terminées car les autorités ont décidé de frapper fort.

La conférence des Évêques de Madagascar a fait part de son émotion et de sa colère dans un communiqué: «Nous condamnons avec véhémence ce qui s’est passé. Il y a lieu d’interpeller le pouvoir étatique de telle sorte que des mesures plus rigoureuses soient prises face à l’ampleur effrayante des actes de banditisme dans toute l’île. La conférence des évêques encourage tous les religieux et toutes les religieuses qui se sont dévoués à servir le pays à ne pas faillir à leur vocation».

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
19:28 Coupure d’eau au village Moinatrindri Bas ce vendredi 24 novembre
17:29 Les cours restent suspendus au lycée de Kahani où les parents rejoignent la grogne
15:58 Angalia couronnée 2ème agence évènementielle de Mayotte
15:42 Perquisition à la mairie de Mamoudzou
12:50 Enquête bouclée et flagrants délits cette semaine à Mamoudzou
11:01 Démenti sur les coupures d’eau à Sada
7:40 Fausses procurations, les trois condamnés font appel
4:45 Appel à manifestation contre les rythmes scolaires le 28 novembre
4:30 MS Boudicca, le retour

MAGAZINE
L'économie circulaire expliquée en un schéma
« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »


CARNET DE JUSTICE
Entre décasages et solidarité active, le « paradoxe Bouéni »
Perquisition à la mairie de Mamoudzou
Fausses procurations, les trois condamnés font appel
Une fillette martyrisée chez sa tante
14 000€ détournés d’une association de parents d’élèves
Le trentenaire poursuivi pour atteinte sexuelle sur mineur prend un an avec sursis
Issouf Madi Moula, numéro 1 du PS de Mayotte condamné à deux ans ferme
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL