Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Océan Indien


Mayotte-Comores: «Il n’est pas possible d’ériger un mur dans l’océan Indien»

Publié le vendredi 20 mai 2016 à 15:27
Aucun commentaire

REVUE DE PRESSE. Dans la presse aujourd’hui, l’analyse de Journal de La Réunion sur la situation à Mayotte. Les préparatifs de l’investiture présidentielles aux Comores, le classement économique des pays africains et la dépénalisation de l’homosexualité aux Seychelles.

JIR 20 5 16

L’édito du JIR de ce vendredi

Le Journal de l’île de La Réunion consacre son éditorial du jour à Mayotte. «Ces images qui choquent et celles qu’on ne voit pas», écrit Jérôme Talpin, faisant le parallèle entre la vidéo, vue des milliers de fois sur internet, d’une voiture incendiée et de ces policiers attaqués à coups de barre de fer d’un côté et ces «vidéos des expulsions de Comoriens dans le sud de Mayotte (qui) ne circulent pas encore sur les grandes chaînes de télé», de l’autre.

«Mais, à un autre titre, elles sont choquantes», explique-il. Rappelant la situation et la présence de Médecins du Monde sur une place de la République à Mamoudzou «qui ressemble à un camp de réfugiés», l’image est un «symbole d’un État français totalement dépassé à Mayotte».

«Mayotte semble chaque jour plus proche d’un chaos humanitaire. Certaines voix n’hésitent plus à évoquer le cas du Rwanda pour alerter sur cette fièvre de xénophobie. Les 20.000 reconduites à la frontière en 2015 n’ont rien changé à la catastrophe en cours.

Médecins du monde sur la place de la République à Mamoudzou

Médecins du monde sur la place de la République à Mamoudzou

Les renforts de gendarmes et de policiers ne pourront que limiter les dégâts tant que les autorités françaises et mahoraises croiront qu’il est possible d’ériger un mur dans l’océan Indien pour bloquer les candidats à une vie meilleure venus d’un pays où près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le fameux co-développement avec les Comores en est toujours resté au stade de la belle expression pour discours officiels.

Les torts sont largement partagés. La faute n’en revient pas seulement à la France, très souvent hautaine et méprisante, et à son absence de politique volontariste. Mais aussi aux gouvernements comoriens restés irrémédiablement opposés à l’appartenance de Mayotte à la France.

La faute aussi à une corruption dans l’archipel qui mine beaucoup d’actions et d’ambitions. Difficile d’être optimiste quand on apprend que Les Comores sont prêtes à offrir la nationalité à des dizaines de milliers d’apatrides vivant au Koweït qui leur refuse l’accès à la citoyenneté. Évidemment contre des valises de pétrodollars de ce riche émirat pétrolier du Golfe

Le fameux co-développement avec les Comores en est toujours resté au stade de la belle expression pour discours officiels», conclut Jérôme Talpin.

500 couverts pour le dîner présidentiel

Et pendant ce temps, aux Comores, on prépare l’investiture du nouveau président de la République. «La cérémonie aura lieu au Stade de Moroni», annonce Al Watwan, ce jeudi 26 mai.

Al Watwan 20 5 16«Seules une délégation koweitienne et une autre chinoise ont confirmé à ce jour leur participation à la cérémonie d’investiture du nouveau président de la République», explique le journal. «Les ambassadeurs des Etats Unis et de l’Ordre de Malt(e) seront également de la partie».

La cérémonie solennelle aura lieu en milieu de matinée suivie d’un tête-à-tête entre l’ancien et le tout nouveau président, «après quoi Ikililou Dhoinine s’adressera à la nation». Dans la soirée, Azali Assoumani recevra 500 personnes pour un diner au palais présidentiel.
«A la question de savoir combien va coûter toutes ces cérémonies, (…) on parle déjà de plus de cent millions de francs comoriens», précise le journal.

Et le plus riche est…

Les rapports de forces économiques changent sur le continent. «L’Égypte surclasse l’Afrique du Sud», note Le Point qui détaille le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur les perspectives de l’économie africaine. L’Égypte est devenue la seconde plus grande économie d’Afrique devant l’Afrique du Sud, entérinant son déclin durant les 3 dernières années.

Le Point 20 5 16Depuis 2011, le Nigeria est devenu le pays africain dont le PIB est le plus élevé. Il est évalué à 490 milliards de dollars, et celui de l’Afrique du Sud à 313 milliards de dollars… en grande partie à cause de l’effondrement de 50% de la valeur du rand sud-africain entre 2012 et 2015.

Dans le même temps, l’Egypte a bien géré sa monnaie et bénéficie du retour des investisseurs.
«Sans compter que la découverte, fin 2015, d’une gigantesque réserve gazière dans la Méditerranée ferait déjà l’objet de nombreuses convoitises», note l’hebdomadaire.

L’Afrique du Sud peut tout de même se consoler avec un autre classement. Etabli par le cabinet Ernst & Young, il propose la liste des «20 pays africains les plus attractifs pour les investisseurs en 2016», indique La Tribune de Madagascar. Bilan : L’Afrique du Sud est en tête suivi du Marco et de l’Egypte.
Le Kenya est 4e et l’Île Maurice 5e.

Dépénalisation de l’homosexualité

ITélé 20 5 16«Les Seychelles dépénalisent l’homosexualité», annonce I Télé. Jusqu’à présent, le code pénal seychellois prévoyait jusqu’à 14 ans de prison pour le crime de «sodomie». La dépénalisation autorise, de fait, l’homosexualité «qui demeure un crime dans une majorité de pays africains», rappelle la chaîne infos.

Le président seychellois James Michel avait lancé cette réforme en février, sans donner de consigne de vote aux 31 députés de son parti. Francesca Monnaie, la chef de l’opposition au parlement, estimait pour sa part que la constitution de l’archipel «stipule clairement que toutes les personnes sont égales et c’est ce en quoi notre parti croit. Donc, je ne vois pas pourquoi nous devrions entretenir une discrimination contre un groupe spécifique fondé sur son orientation sexuelle.»

«Dans un pays où plus de trois-quarts de la population est catholique, les défenseurs du projet ont tenté ces dernières semaines d’atténuer les réticences de certaines responsables politiques ou religieux», précise I Télé.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Labattoir pleure la chatouilleuse Feda Attoumani, décédée dans la nuit.
2 jours Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
2 jours Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
3 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
3 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
3 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
3 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
3 jours 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
4 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL