Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Expédition scientifique


Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle

Publié le mercredi 1 février 2017 à 16:53
Aucun commentaire

Les missions scientifiques amenant le Muséum National d’Histoire Naturelle à patrouiller dans notre coin du globe ne sont pas si fréquentes pour que le vice-rectorat n’ait pas judicieusement choisi de la mettre en valeur, dans une séquence « Initiation à la recherche ». De nouvelles espèces pourraient être découvertes, pour le bonheur des scientifiques et des enjeux géopolitiques.

Sarah Samadi revenait sur les différentes expéditions scientifiques dans la zone

Sarah Samadi revenait sur les différentes expéditions scientifiques de découvertes des fonds sous-marins

« Seules 3 campagnes ont été menées par l’Institut de Recherche pour le Développement, l’IRD, dans l’océan Indien, autour du nord et du sud de Madagascar et aux abords de la côte est africaine, et une unique expédition sur les fonds de Mayotte et des Glorieuses en 1977 », rapporte Sarah Samadi, Professeur au MNHN, devant une trentaine d’enseignants présents au collège de Majicavo.

Les organismes de recherche de la campagne BioMaGlo, pour « Biodiveristé Mayotte Glorieuses », sont nombreux, et l’on s’y perd un peu : le MNHM est partenaire de l’IFREMER et de l’IRD, pour ce programme piloté par les Terres Australes et Antarctiques françaises (TAAF) et l’Agence de Développement (AFD), le tout financé par l’Union Européenne.

Les mollusques et éponges seront bien gardés

Beaucoup de monde pour une mission non détachée des préoccupations françaises de la protection de notre Zone Economique Exclusive (ZEE). A l’heure où le périmètre est discuté des côtés comoriens et malgaches, il est bon d’évaluer sa ressource, et de commencer à compter ses coquillages : « La France a besoin de justifier sa présence dans la zone par des activités. L’AFD et le Fonds européen de développement nous ont donc démarchés pour fournir un diagnostic qui impliquait un déplacement », explique Sarah Samadi, tout en rassurant, « mais les missions antérieures de 2009 ou notre récent déplacement aux Comores sont de notre propre initiative ».

Les zones 3, 6 et 9 au programme pour cette 2ème partie de campagne BioMaGlo

Les zones 3, 6 et 9 au programme pour cette 2ème partie de campagne BioMaGlo

Leur démarche ne va pas au delà, pas jusqu’à analyser les limites du plateau continental, « nous n’allons pas si profond. »

La mission BioMaGlo étudie donc la diversité de la faune benthique, composée des organismes vivant de sédiments dans les profondeurs, comme les mollusques ou les crustacées.

« 170 espèces d’éponges dans la zone »

Depuis 20.000 lieux sous les mer, la connaissance sur les abysses a progressé, « mais plutôt récemment. A commencer par la révocation de la théorie qui assimilait les grands fonds à une moindre vie animale. » Et chaque découverte est source d’émerveillement : le Kiwa hirsuta, une espèce de crabe poilu qui vit à plus de 2.300 m de profondeur, a fait la Une des journaux, « alors que nous en découvrons une centaine par an dans les grands fonds », ironise Sarah Samadi.

Le scientifique Bernard Thomassin qui a longtemps travaillé sur la faune et la flore mahoraise, a inventorié 49 nouvelles espèces intégrées au Museum, dont une éponge, « or, la semaine dernière, au bout de 10 jours, nous en avons repéré 170. »

L’objectif de la campagne est d’analyser les connections qui peuvent se faire entre la faune de notre région et celle des autres zones du Canal du Mozambique, « et de déterminer son niveau de vulnérabilité. » Un observateur du Parc Naturel Marin est d‘ailleurs embarqué avec les 9 scientifiques qui ont posé leur sac à bord de l’Antea. La 2ème partie de la campagne commence aujourd’hui, par les zones au large de Mtsamboro, Sada et Mamoudzou.

Des enseignants vont s'en servir comme support pédagogique

Des enseignants pourront s’en servir comme support pédagogique

Leur job s’apparente à celui des pêcheurs, « on chalute, on tamise, on trie ». Puis, dans un second temps, chaque éponge sera rattachée grâce à son ADN, à une espèce connue. Elles seront ensuite versées à l’Inventaire national du patrimoine naturel du MNHN.

Dans le cadre de la séquence « Initiation à la découverte scientifique » voulue par le vice-rectorat, une classe de 5ème a pu visiter l’Antea ce mercredi matin, et la présentation du suivi pédagogique des expédition était proposée par Anne Viguier, professeur de SVT à Paris, et enseignante-relai au MNHN, aux enseignants présents.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Tagged under , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
16:51 Levons les pièges de la Dictée Bolé
15:39 Ils escaladent le balcon et frappent leur victime pour voler un ordinateur
15:10 Campagne d’information sur les maladies de l’eau à Bandrélé vendredi
14:50 La boutique Orange de la place mariage dévalisée: plusieurs personnes en garde à vue
14:29 Une bande se trompe de cible: une vingtaine d’individus armés frappe un homme par erreur
14:05 Grève générale en Guyane: une délégation de ministres sur place avant la fin de la semaine
8:50 Crise de l’eau: le planning des coupures jusqu’au mardi 4 avril
7:00 Changement à la tête de la CPME Mayotte : Saïd Bastoi laisse la place à Bourahima Ali Ousseni
4:59 Appel à la grève générale en Guyane: le gouvernement critique les prises de positions de certains candidats

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Une affaire de travail dissimulé à l’allure de poupées russes
Renvoi du procès de Guito pour déboisement au 27 septembre
A sept pour cambrioler une brigade de gendarmerie
Un prisonnier incendiaire non repentant
Plainte MCG-JM Henry contre TV Mafoubouni: Jugement pour injures publiques le 5 avril
La dernière réquisition du procureur Garrigue sur la prise en charge de la délinquance à Mayotte
Arrivée de CASSIOPPEE à Mayotte cette année, mémoire nationale des faits de délinquance
Pris en flagrant délit de trafic de stup, ils continuent à nier


PORTRAITS
Le docteur Mohamed Ahmed Abdou et sa femme
CHM : Départ du Dr Mohamed Ahmed Abdou, président de la CME



Sun Odyssey 45.2

79 000€

Grande maison la Palmeraie

295 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
30°
28°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL