Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Musée


Passez par les coulisses, vous ne visiterez plus le Muma avec le même regard

Publié le dimanche 26 novembre 2017 à 6:00
Aucun commentaire

Pas besoin de visionner « La nuit au musée » pour constater que les objets inanimés ont réellement une âme, il suffit de voir le plaisir avec lequel Pauline Gendry, Conservatrice du patrimoine et directrice des Archives départementales, et Mary-Noëlle Bessier, Assistante de conservation et responsable des collections et de la documentation au Musée de Mayotte (MuMa), reconstituent le parcours d’un bijou ancien ou la seconde vie d’une jarre.

Suivons le parcours d'un objet avec Pauline Gendry

Suivons le parcours de l’acquisition d’un objet avec Pauline Gendry

Pour ce dernier samedi du Muma de l’année, les deux conservatrices proposaient au public de suivre le parcours d’un objet, d’entrer dans les coulisses du musée. Une idée qui leur est venue, mi- lassées, mi- amusées de répondre à la même question : « Mais vous faites quoi aux Archives ou au musée toute la journée ?! »

Mais pourquoi cette fièvre d’acquisition des vieux objets ? Avant tout pour les sauver de la mort ou de la dégradation, « une préservation du patrimoine, par intérêt scientifique, culturel ou autre, ou parce qu’il est en péril ». Pauline Gendry donne l’exemple d’un Minbar de 1975 (une chaire de mosquée musulmane) en bois sculpté, mis sur le côté à Kawéni « parce que des jeunes ont préféré en construire un autre en béton », et qui présente un fort risque de dégradation avec l’arrivée de la saison des pluies.

Les acquisitions peuvent aussi servir à compléter une collection, « des accessoires par exemple pour notre exposition sur les vêtements masculins », ou à valoriser le patrimoine local en mettant en valeur les savoir-faire locaux, comme c’est le cas avec la préservation de l’outillage d’un bijoutier à Sada.

Spécificité de ce métier, une collection est acquise à vie, inaliénable et imprescriptible, « on ne pourra jamais s’en séparer », avec en contrepartie, la garantie d’une bonne condition de stockage. Le choix du Chef de mission et du comité scientifique doit donc être judicieux, avec à l’esprit la capacité de stockage des objets, « nous en avons 2.000, et presque plus de place pour les mettre ». Pas sûr donc que toutes les propositions de dons de la part de particuliers, soient acceptées !

Don contraint d’un Matisse

Scénographie autour des vêtements de la collection "Art au masculin"

Scénographie autour des vêtements de la collection « Art au masculin »

Les musées peuvent aussi acheter des objets à préserver, ou les recevoir par donation (un don devant notaire), par legs, « certains érudits cèdent leurs bibliothèques par exemple », ou par dation, une contrepartie en nature si vous ne pouvez pas payer à l’administration vos impôts ou vos droits de succession… Vous pourrez ainsi céder à contrecœur votre Matisse ou un de vos Picasso.

Toute la collection du défunt bijoutier Tamimou Dahalani à Sada a été donnée, dont son outillage et ses machines, acheté à un fournisseur indien, les enfants ayant respecté la volonté de leur père de ne jamais les vendre. Dans ce cas, comme pour chaque acquisition, un « dossier d’œuvre » doit être renseigné, comprenant notamment l’historique de l’œuvre, son analyse scientifique, etc. Très chronophage pour nos conservatrices dont on commence à cerner l’emploi du temps.

Il faut maintenant inventorier l’objet, c’est à dire s’astreindre à remplir les 18 colonnes du Registre d’inventaire, nom du donateur, sa matière, son origine géographique, etc., après lui avoir octroyé un numéro unique, le 2017.1.1 signifiant qu’il s’agit du 1er objet de la 1ère collection de l’année en cours. Il sera apposé à l’encre de Chine même sur les plus petites pièces, après passage d’une couche de vernis.

Prêts à l’Institut du Monde arabe

Prêt de perles découvertes à Acoua

Prêt de perles découvertes à Acoua

Un exercice administratif dont l’intérêt n’a pas pu échapper au public présent ce samedi matin au MuMa, puisqu’il devait s’attacher à le pratiquer sur un objet en en trouvant l’utilité. Une jarre à eau chaude, plus qu’ébréchée puisqu’amputée de son col, destinée à la toilette, Mtsoungi en shimaoré, et Sadzoua en shiboushi, faite d’argile en terre cuite et céramique.

S’il le faut vraiment, l’objet sera restauré, mais en l’absence de métier dédié à Mayotte, les envois couteux vers la métropole seront limités aux cas d’urgence.

Dernières phases, l’objet partira rejoindre les boites de la réserve, en attendant d’en être exhumé pour vivre une nouvelle vie lors d’une exposition qui le mettra en valeur, « on peut mettre en place une scénographie, comme pour les vêtements de l’art au masculin ».

Et l’apothéose, c’est de se balader d’expo en expo : « Ce fut le cas pour les perles d’Acoua qui ont été prêtées pour la collection ‘Aventuriers des mers’ de mise en valeur des échanges commerciaux dans l’océan Indien au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée de Marseille, le MUCEM, ou de l’exposition sur le Debah, pour la collection ‘Trésors de l’Islam en Afrique’ à l’Institut du Monde Arabe.

La nuit, Pauline Gendry et Mary-Noelle Bessier ne se baladent pas dans les couloirs du musée à rencontrer les navigateurs arabes, elles ont toutes leurs journées pour ça…

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Votre agenda du week-end
HIER Nouvelle vague de violences ce vendredi matin au lycée de Kahani
HIER Mayotte se prépare à un exercice cyclonique la semaine prochaine
HIER Mayotte En marche avec les Outre-mer
2 jours Berguitta : scènes de dévastation à la Réunion
2 jours Coupure d’eau à Ouangani à la suite d’une casse
2 jours Et si vous deveniez animateur sportif ?
2 jours Air Austral compte sur une réouverture des aéroports de La Réunion ce vendredi
2 jours Hausse des prix de 0,2% en décembre

MAGAZINE
Rotary VIH
Le Rotary Club offre 1500€ pour la lutte contre le VIH à Mayotte. L’association nous a ouvert ses portes


CARNET DE JUSTICE
L’élection de Ramlati Ali annulée par le Conseil Constitutionnel
Dealers de bangué « c’était ça ou voler »
Quatre ans ferme pour le chef d’un réseau de kwassas
Deux grévistes de MayCo échappent de peu à la prison
Âgé de 24 ans, il a un bébé avec une collégienne de 12 ans
Une enquête ouverte suite au glissement de terrain fatal à Koungou
Victime de violences conjugales, elle menace de « tuer l’enfant » si son compagnon va en prison
« La paralysie du Tribunal de travail de Mayotte se confirme » pour le Medef Mayotte


PORTRAITS
Djibril Cissé 2
Djibril Cissé « Renvoyer l’ascenseur aux jeunes serait une bonne action »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL