Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Agriculture


Pour comprendre les aides agricoles et le désarroi de certains exploitants

Publié le mardi 13 décembre 2016 à 5:00
Aucun commentaire

Alors que l’obtention des aides par les agriculteurs mahorais est au cœur de grandes tensions, la DAAF fait le point sur les différents dispositifs auxquels les agriculteurs du département peuvent prétendre. Voici donc tout ce qu’il faut savoir pour comprendre les difficultés de nos paysans.

Bananiers, champs de manioc et litchiers se partagent les terrains

Bananiers, champs de manioc et litchiers

Les agriculteurs mettent en cause les services de l’Etat face aux aides qui se font attendre. La DAAF (direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) choisit de répondre en faisant le point sur tous les dispositifs dans le dernier numéro de sa Lettre mensuelle «Agreste».

Les aides agricoles se rangent dans deux catégories. D’un côté, on trouve celles du «1er pilier de la PAC» (Politique Agricole Commune). Elles sont indexées à la surface ou à la production de l’exploitation et visent à améliorer le revenu individuel du producteur. De l’autre, celles du «2ème pilier» favorisent la structuration des moyens. Les agriculteurs, seuls ou associés, peuvent bénéficier d’aides à la modernisation des exploitations, des voiries rurales ou par exemple à la réalisation d’équipements, comme la construction d’abattoirs.

De l’ICAM au POSEI

Si les dispositifs d’aides directes à la production existaient déjà avant d’entrer dans l’Europe (avec les ICAM, Indemnités compensatrices à l’agriculture mahoraise), depuis 2014, les agriculteurs mahorais sont entrés dans le POSEI. Ces aides du «Programme d’option spécifique liée à l’éloignement et à l’insularité» sont attribuées à la surface (900€/ha avec un plafonnement à 10 ha) avec des majorations pour la culture de l’ylang (+1000€/ha) et de la vanille (+800€/ha).

Les aides directes allouées à l'agriculturesSource: DAAF/ AGRESTE 70)

Les aides directes allouées à l’agriculturesSource: DAAF/ AGRESTE 70)

Du côté des éleveurs, l’absence d’abattoir de bovins, qui pose un problème de traçabilité complète de la viande, a conduit à la mise en place d’un dispositif transitoire exceptionnel dit «de minimis» ; Il est attribuable par tête de bovins, avant de pouvoir appliquer les aides animales ordinaires.

Des aides plus importantes

Avec ces dispositifs, les aides qui étaient en nette baisse en 2014 sont à nouveau reparties à la hausse dès 2015, grâce au premier versement des aides PAC 2014 (POSEI surfaciques), «d’un montant bien supérieur» à ce qui existait auparavant. La DAAF indique que ce sont 1,4 million d’euros qui ont été distribués à près de 1.300 petits agriculteurs. «Ce nouveau dispositif est attractif car les demandeurs ont peu de choses à faire pour l’obtenir», précise la DAAF.

Par ailleurs, 2 nouvelles aides (également dans le POSEI) ont été activées, sur la compensation des coûts d’éloignement par rapport à la métropole: l’IAV (Import d’animaux vivants) et le RSA (Régime Spécifique d’Approvisionnement). La première a permis en 2015 de subventionner l’achat de poussins (-0,5€ sur le coût unitaire). La seconde a réduit le coût d’acheminement de matières de base comme le soja, le maïs (fabrication d’aliments bétail) ou encore le riz et le lait de consommation. Elle a pris le relai de l’ancienne «aide au transport».

Les subventions à l'investissement agricole (Source: DAAF/Agreste 70)

Les subventions à l’investissement agricole (Source: DAAF/Agreste 70)

Enfin, un autre dispositif POSEI, le MFPA (mesures en faveur de la production agricole), appuie la transformation locale et la commercialisation. Mais pour en bénéficier, il faut tenir une comptabilité très détaillée, à laquelle «les bénéficiaires potentiels ne sont pas habitués», note la DAAF.

1,5 million d’aides

Au final, les aides dues et allouées pour 2015 pour l’importation, la transformation et la commercialisation de produits locaux représentent 1,5 million d’euros, indique la DAAF.

D’autres dispositifs peinent en revanche à être pleinement utilisés. Ainsi, le PDR (Programme de Développement Rural, les aides du «second pilier de la PAC») porte sur un montant prévisionnel de 60 M€ net de l’Europe et 20 M€ de cofinancement national sur 6 ans (2014-2020). Mais il n’est pas certain que l’enveloppe parvienne à être totalement employée.

En 2014-2015, près de 7,5M€ ont été engagés sur des projets déposés (sur 14 millions de prévisionnel). La rénovation de deux pistes (Mavingoni et Ouangani sud) représente à elle seule 3M€ et le projet de la piste des hauts de Dembéni devrait être prochainement déposé.

La piste serpente vers la réserve forestière d'Ongoujou

La rénovation des pistes agricoles

Le second budget le plus engagé est celui de la recherche mais avec «seulement» 1,4 M€ sur 5 M€ prévus au PDR. De même, «la ‘modernisation des exploitations’ peine à trouver des porteurs d’initiatives», note la DAAF alors que 13M€ sont prévus. Le dispositif permet de donner 15.000 euros en dotation aux petites exploitations sans factures pour se professionnaliser.
Enfin, de gros projets de transformation (abattoir volailles et bovins notamment) sont bien dans les cartons… mais ils peinent à se concrétiser.

Changement de logique

L’explication est simple : avec le droit commun puis l’Europe, on a changé de «logique de financement», en passant à une «logique de projet» qui nécessite des objectifs, un plan d’action, un suivi de l’engagement des moyens humains et financiers… Si on ajoute, le manque de trésorerie et de fonds de roulement, il y a de quoi laisser sur le bord de la route de nombreux exploitants.

Des solutions d’accompagnement sont pourtant en vue. Pour appuyer davantage les petits porteurs et promouvoir les aides européennes, le lycée agricole de Coconi crée par exemple un «pôle de développement rural». Il doit aider les porteurs de projets sur la méthode. La DAAF indique qu’ils seront aidés pour constituer leur dossier de demande de subventions, puis accompagnés en «formation-action ».
On comprend, effectivement, que cet accompagnement est tout à fait nécessaire.

RR
www.lejournaldemayotte.com
avec le numéro de novembre d’«Agreste».

*Le memento agricole est disponible sur le lien suivant : http://daaf976.agriculture.gouv.fr/Memento.

Tagged under , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
HIER Coupures d’eau cette nuit à Mandzarisoa et Cavani
HIER Mamoudzou, aidez à choisir le logo des futurs bus
2 jours Perturbation de la distribution d’eau à Kahani ce jeudi
2 jours Emplois aidés : pas de rentrée scolaire ce lundi, menace la mairie de Mamoudzou
2 jours Journée de la trottinette le 24 octobre
2 jours La mairie de Mamoudzou sensibilise au nettoyage à Bandrajou-Kawéni
2 jours 4 millions d’euros pour la recherche et l’innovation dans les Outremers
3 jours Table ronde sur le mécénat et dons aux associations le 4 novembre
3 jours Projection du docu Hip Hop (R)évolution au Rocher

MAGAZINE
Les sauveteurs bénévoles de Mayotte en intervention
Les sauveteurs en mer de Mayotte touchent le fond


CARNET DE JUSTICE
Cavani : Prison ferme après une vengeance extra judiciaire
Kahani : trois blessés, deux condamnés, un an ferme
Trois procès annulés à cause de vices de procédure
Adolescent battu : le père écope de 6 mois ferme
Il « corrige » sa fille et part à Majicavo
Condamnée pour violation des restrictions d’eau
Il traîte des gendarmes de « macaques » et joue son emploi au tribunal
Mayotte encensée pour son accès au droit


PORTRAITS
Le docteur Moinecha Madi
Appelez-la docteur ! Moinécha Madi, spécialiste en biophysique cellulaire



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL