Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Faits divers


Quand les citoyens viennent aider les forces de l’ordre

Publié le mardi 16 février 2016 à 5:00
Aucun commentaire

Plusieurs faits divers parfois dramatiques ont été résolus ces jours derniers grâce à l'intervention de la population. Un témoin, un père… de simples citoyens ont fait basculer le cours de certaines enquêtes.

PoliceL’homme qui a permis à l’un des deux individus impliqués dans un viol commis à la Pointe Mahabou, la semaine dernière, d’être interpellés était un simple témoin de la fuite des agresseurs. Les faits se sont déroulés mercredi en début d’après-midi. Un couple se fait bousculer par deux individus qui veulent lui prendre ses téléphones portables. Alors que l’homme part chercher des secours, la femme restée seule devient la proie de l’un des deux agresseurs qui profite de la situation pour s’en prendre à elle et la violer.

Le témoin est alerté par les cris de la victime. Alors que les deux agresseurs prennent la fuite, il parvient à en attraper un qui sera ensuite remis à la police. Si l’auteur du viol prend la fuite, sa cavale ne sera que de courte durée. Deux heures et demi après les faits, la police est prévenue d’une scène de violence qui se déroule rue Saïd Cafe. Il s’agit d’un vol brutal commis sur une jeune fille. L’intervention de la police est rapide et permet d’arrêter l’agresseur : il s’agit du violeur présumé de la Pointe Mahabou.

Dans les deux cas, lors d’une intervention directe ou grâce à un coup de fil immédiat aux forces de l’ordre, le rôle des citoyens témoins de délits ou de crimes s’est avéré essentiel pour permettre une interpellation. Dans ces affaires, les deux jeunes hommes étaient inconnus des services de police. Ils ont été déférés devant le procureur puis placés en détention provisoire. Une information judiciaire est ouverte.

Un père amène son fils au commissariat

Une autre intervention citoyenne, particulièrement rare, est venue changer le cours de l’enquête dans une affaire de vol commis à Doujani. C’est le père d’un des jeunes impliqués qui est venu amener son fils âgé de 15 ans à la police, avant de poursuivre sa propre enquête et ses interpellations.

Commissariat de police Mamoudzou

Commissariat de police Mamoudzou

Il était 21h50 vendredi dernier lorsque l’homme entre dans le commissariat en compagnie de son fils. D’emblée, il déclare que l’adolescent est l’un des auteurs d’un vol avec violences commis dans l’après-midi à Doujani par cinq jeunes. Logiquement, le mineur est interpellé par la brigade de nuit et placé en garde à vue.

Alors que les policiers interrogent le gamin, le père est déjà reparti continuer le travail. Il a une longueur d’avance sur les forces de l’ordre et au milieu de la nuit, vers 1h30, il appelle le commissariat pour signaler qu’il vient d’arrêter deux autres mineurs, eux aussi impliqués dans le vol.

Il brise le silence

Les policiers de la BAC vont récupérer les deux jeunes et avec l’assistance de la gendarmerie, ils interpellent les deux derniers co-auteurs présumés, toujours grâce aux indications du père. La petite bande des 5 cambrioleurs est reconstituée… dans l’enceinte du commissariat.

Placés dans un premier temps en garde à vue, quatre d’entre eux ont finalement été laissés libres, avant que le parquet ne se prononce. Le 5e a été reconduit à la frontière.

Alors que le procureur et les forces de l’ordre regrettent régulièrement la loi du silence qui transforme les proches en complices des délits commis par les jeunes, ce père a donné à son village et à Mayotte, une belle leçon de citoyenneté… qui n’est pas sans rappeler le rôle joué autrefois par les adultes pour encadrer les enfants et s’assurer qu’ils ne fassent du tort à personne.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
11:15 6 ménages sur 10 recensés : face aux « rebelles », l’INSEE communique
11:00 Conférence sur « la question du pluralisme en économie » au CUFR ce vendredi
4:45 Le MDM contre l’éventuelle gratuité du visa comorien vers Mayotte
HIER Salaires menacés : l’intersyndicale appelle à répliquer fermement
HIER Le jeune lycéen agressé à Bandrélé hors de danger
HIER 3ème édition du Campus Outre-mer
HIER Blessure par balle de la police à Tsoundzou et vol par effraction chez « Cousin »
HIER Intersyndicale du CD : échec des négociations
2 jours Rotations des barges: retour à la normale

MAGAZINE
Dans le lagon de Mayotte (Photo: Bruno Garel/gence française de la biodiversité)
A l’eau ! 6e édition de l’opération «Premières bulles au pays du corail»


CARNET DE JUSTICE
Un trafic de drogue évité par une maman vigilante
M’tsangamouji : la justice privée d’explications après les violences au collège
L’agent de sûreté de l’aéroport aidait des clandestins à passer
Le pêcheur aux 17 enfants devra passer son permis côtier
De la chimique « devant le commissariat et à Majicavo »
Le tribunal voit trop gros et relâche le passeur
Polygamie : elle arrache l’oreille de sa rivale avec les dents
Ewa Air voit s’envoler 60 000€, l’ancienne comptable au tribunal


PORTRAITS
Bacheliers mentions 2017 VR
Mentions au Bac : bienvenu en terre de réussite, dont un 1er inscrit à Sciences Po Paris



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
24°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL