Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Climat


Risque cyclonique à Mayotte « Non Madagascar ne nous protège pas »

Publié le lundi 13 novembre 2017 à 5:00
Aucun commentaire

Le risque cyclonique est peu présent dans l'esprit des habitants de Mayotte, en raison de la rareté de ces événements majeurs. Mais le risque est bien là, prévient Bertrand Laviec qui tenait vendredi à rappeler quelques faits.

Bertrand Laviec, le Monsieur Météo de Mayotte, évoque le risque cyclonique

Bertrand Laviec, le Monsieur Météo de Mayotte, évoque le risque cyclonique.

Il y avait foule vendredi soir pour venir écouter Bertrand Laviec, responsable local de Météo France qui s’exprimait sur le risque cyclonique dans notre département.
Dans son propos liminaire, le scientifique a insisté sur deux idées reçues à battre en brèche. « Non, on n’est pas protégés des cyclones » et « non Madagascar ne nous protège pas ».
Toutefois, ces événements climatiques majeurs restent rares à Mayotte, et le 101e département « n’a pas la culture du risque. Les collégiens et lycéens n’ont jamais vu un cyclone, contrairement aux petits Japonais qui sont bien préparés au risque sismique par exemple ».
Face à cette insouciance supposée, le responsable de Météo France fait un rappel sur la nature d’un cyclone.
« Un cyclone, c’est un gros truc, ça fait la taille de la France métropolitaine. Dans le cas d’un cyclone massif à Mayotte, on estime le nombre de morts à 25 000 ! »
Un cyclone rappelle-t-il « se forme quand on a une eau à 26°C sur 60 mètres de profondeur ». Autant dire qu’avec les records de température enregistrés depuis le mois de juin, le risque est élevé.

Mais justement, quels sont-ils, les risques ?

« Il y a plusieurs effets. D’abord le vent, qui pousse comme une perceuse à percussion. On pense aux bangas qui s’envolent, mais il y a tous les déchets. Imaginez une canette de coca qui s’envole à 200km/h vers votre tête .C’est la canette qui gagne. C’est une balle.
A titre de comparaison, les Mahorais de plus de 40 ans se souviennent tous de Kamisy, en 1984. Ce n’était même pas un cyclone de catégorie 2, et il est passé à 100km des côtes. »

Une comparaison utile, quand on sait que les cyclones sont de plus en plus puissants dans le monde, au point « qu’on se demande si on ne va pas créer une 6e catégorie ».
Outre le vent, trois autres dangers majeurs sont à prévoir. La houle cyclonique. « Des vagues de 7,40m, ça veut dire plus d’aéroport, plus de barges, on est isolés du monde pendant deux semaines. Kawéni, le port de Longoni, la réserve de médicaments de Passamainty seraient submergés. »
Vient ensuite ce qu’on appelle la « marée de tempête ». « 3 à 4 mètres de hauteur d’eau en plus de la marée normale. Il n’y aurait plus d’écoulement d’eau vers le lagon, donc de l’eau stagnante, les routes coupées et un risque d’épidémies ».
Enfin, les précipitations qui viendraient aggraver tout cela. « Il tomberait en 2 heures ce qui tombe à Paris en un an ».

Faire des réserves

Alors comment se préparer ? Les alertes météo suffisent-elles ? Clairement pas.
« Un cyclone, on ne le voit que 2 à 3 jours avant sa naissance. Quand on déclenche l’alerte jaune pré-cyclonique, c’est qu’il est à trois jours de Mayotte. C’est déjà trop tard pour faire des stocks d’eau, de piles, de bougies et de conserves. Si je lance une alerte, deux heures après il n’y a plus une bouteille d’eau sur toute l’île. »

Le conseil sous-jacent est clair : faire des réserves, en prévision.

L’alerte orange est la 2e étape, déclenchée 24h avant l’arrivée du cyclone, et l’alerte rouge, 3h avant, impose le confinement total de la population.
Mais celle qui est la plus dangereuse, c’est l’étape « bleue », après le passage. « C’est là qu’on a le plus de victimes à craindre, ça peut durer trois jours ». Manque d’eau potable, d’accès aux soins, voies routières coupées et maladies peuvent alors faire des ravages.

Il y a donc urgence à se préparer, estime Bertrand Laviec. « Aujourd’hui, on n’est pas prêts. Ni les services de l’Etat ni les communes. » D’autant que les cyclones majeurs ne sont pas la seule menace que fait planer le changement climatique.

Image satellite d'Hellen le dimanche 30 mars 2014 à 15 heures, heure de Mayotte

Image satellite d’Hellen le dimanche 30 mars 2014 à 15 heures, heure de Mayotte

Il rappelle pour ceux qui étaient à Mayotte en 2014 que la tempète Hellen n’était qu’un « tout petit système, mais on sera amené à en voir de plus en plus, explosifs et rapides, même si on maîtrise encore mal comment ils se forment. »

A la fin du mois de novembre, tous les services du département se prêteront à un exercice grandeur nature de trois jours. « Les trois derniers jours, La Réunion a fait un exercice, ils n’étaient pas prêts non plus » relativise le météorologue.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’on s’oriente vers une « saison des pluies normale » cette année. C’est ce que « tous les signes » indiquent.

Y.D.

Tagged under , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
8:40 Issouf Madi Moula, numéro 1 du PS de Mayotte condamné à deux ans ferme
HIER La retenue de Dzoumogné reprend des couleurs
HIER « Jeter ses déchets c’est déjà un choix »
HIER Déblocage de l’accès du port de Longoni
HIER 2ème Journée départementale des familles à Mtsangabeach samedi
HIER Un nouveau conseil d’administration à Air Mad en vue du mariage avec Air Austral
HIER La CSSM accompagne les retraités pour l’accès à leurs droits
HIER Un robot pour le lagon de Mayotte présenté vendredi au CUFR
HIER Les arts contemporains investissent la Maison du Projet à Kawéni

MAGAZINE
L'économie circulaire expliquée en un schéma
« Jeter ses déchets c’est déjà un choix »


CARNET DE JUSTICE
Un trentenaire abuse d’une fillette de 13 ans et risque une amende
Des témoignages d’attouchements sexuels au collège de Doujani étouffés par le vice-rectorat
14 mois ferme requis dans l’affaire des fausses procurations à M’Tsangamouji
Le procès pour outrages présumés sur Facebook renvoyé au 17 janvier
Trois pilotes de kwassa condamnés ce lundi
Petite Terre : un jeune brûlé vif dans des règlements de compte, enquête ouverte pour tentative d’assassinat
Décasage de Bouéni : peine confirmée en appel, la défense se pourvoit en Cassation
Il oublie sa carte d’identité sur le lieu de l’agression et finit au tribunal


PORTRAITS
Baco
Baco, privé de logement, squatte depuis 5 ans un bâtiment municipal



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
27°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL