Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Océan Indien


«Route de la soie»: Madagascar décroche la Chine

Publié le jeudi 30 mars 2017 à 5:00
Aucun commentaire

Madagascar va intégrer la «Ceinture économique de la Route de la Soie». Le pays décroche surtout la réalisation de grands chantiers par Pékin, dont une autoroute et un port en eau profonde… dans le Canal d Mozambique.

Le président malgache reçu avec les honneurs à Pékin

Le président malgache reçu avec les honneurs à Pékin

Pour conquérir le monde, la Chine ne fait jamais dans la demi-mesure. Tout d’abord, Pékin sait recevoir ses invités. Le président Héri Rajaonarimampianina en a fait l’expérience. Il a été accueilli par le président Xi Jinping au Palais du peuple. Pour une bonne heure d’entretien à l’issue de laquelle les deux chefs d’Etat ont finalisé un mémorandum sur l’intégration de Madagascar au sein de la «Ceinture Economique de la route de la Soie».

Cet ensemble économique voulu par la Chine pour booster sa croissance économique s’appuie sur la réalisation d’infrastructures lourdes dans les pays intégrés. Ces routes, ports ou voies de chemin de fer doivent servir les besoins des entreprises chinoises et augmenter toujours plus leurs échanges commerciaux.

D’un côté, la Chine poursuit sa politique d’exportation de son modèle de développement économique basé sur des équipements structurants et en obtenant des zones économiques spéciales dans ces états. De l’autre, les pays bénéficiaires de la manne chinoise espèrent décoller durablement en se tournant vers l’Asie… quitte à tourner le dos, sans le dire trop fort, aux pays occidentaux.

Un hub chinois aux portes de l’Afrique

Pour Madagascar, il s’agit clairement de privilégier la 2e économie mondiale, sans fâcher la France. L’argument est facile à trouver: la croissance se trouve en Asie et la grande Île veut utiliser son positionnement géographique pour devenir «un hub», entre le continent africain et un marché économique asiatique mirobolant, aux frontières de moins en moins contraignantes.

«Il existe une volonté politique de changer la trajectoire du pays qui a vécu près de cinq décennies de pauvreté. Il s’agit, en l’occurrence, de mettre en place une politique de développement durable axée vers l’intérêt de la population», a fait valoir le président malgache.

Le président malgache avec le ministre chinois des Affaires étrangères

Le président malgache avec le ministre chinois des Affaires étrangères

De façon très concrète, Madagascar veut doubler la part de l’industrie dans son PIB en trois ans.

Des contrats signés

Et quand Madagascar intègre cette «Route de la soie», les conséquences sont immédiates. Cinq accords ont été signés ce lundi 27 mars portant sur de grands chantiers. Ainsi, la China Communication Construction construira une autoroute entre Antananarivo et Toamasina, à 350km au nord-est de la capitale. Autre réalisation prévue, celle d’un grand port en eau profonde dans la Baie de Narinda, sur la côte nord-ouest de l’Île, face au canal du Mozambique. Le projet est très ancien mais n’avait jamais abouti. Les Sud-africains devaient s’y engager puis les Japonais. Aujourd’hui, les nouveaux enjeux maritimes internationaux redonnent de la pertinence au projet et ce sera donc la République populaire de Chine qui le réalisera.

Un autre accord, avec la société de télécommunications Huawei, porte sur le développement du concept de «ville intelligente», avec un réseau de caméras de surveillance pour la sécurisation et la gestion des activités urbaines. Par ailleurs, dans le cadre de cet accord, Huawei va accorder des bourses à des jeunes étudiants malgaches.

Et pour couronner le tout, une antenne de l’Economic Development Board Malagasy sera installée en Chine pour améliorer les relations avec les investisseurs chinois.

Des atouts et des besoins

Le président malgache a parlé de son

Les organisations régionales qui intéressent la Chine

Les organisations régionales qui intéressent la Chine

pays à ses grands capitaines de l’économie chinoise présents lors de la rencontre. Il a mis en avant un environnement pro-business dans le pays, avec par exemple une nouvelle loi sur organisant les partenariats public-privé. Mais c’est l’intégration de Madagascar dans les ensembles régionaux qui intéressait aussi la Chine. Le pays fait partie de plusieurs communautés de marchés: la COI, la SADC qui regroupe 15 pays, le COMESA et sa vingtaine de membres, ainsi que le marché de l’Afrique de l’Est, ce qui représente au total un vaste marché de plus de 500 millions de consommateurs…

Et le président malgache a évoqué les potentiels en gaz et en pétrole conventionnel mais il a insisté sur les besoins, nombreux du pays: pour faciliter l’augmentation la productivité de l’agriculture, construire des réseaux hydroagricoles, de nouvelles routes pour la circulation des produits, construire un réseau électrique (15% de la population a accès à l’électricité) et des sites de productions hydroélectriques… L’appel du pied était clair et les Chinois ne sont pas du genre à ne pas en tenir compte.

Un commerce bilatéral en expansion

Depuis 2010, la Chine est le premier investisseur étranger et occupe la première place en nombre d’entreprises étrangères installées dans la Grande Île, toujours suivie par les sociétés françaises. En 2015, sur les 484 entreprises étrangères créées, 168 sont chinoises, 110 françaises.  Au total, 1.400 sociétés chinoises sont présentent dans le pays.

Le commerce entre les deux pays a été multiplié par 35 depuis 1990, mais il partait de très bas et reste encore modeste avec des échanges qui atteignent 668 millions de dollars. Beaucoup reste donc à faire, à commencer par améliorer l’image de la Chine qui n’est pas toujours très positive à Madagascar. La gestion de l’économie et des entreprises «à la chinoise» n’est pas sans poser quelques difficultés.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
11:00 Soutien aux salariés de la Colas : la première position de la France Insoumise
HIER Violences entre jeunes à Ongoujou, les gendarmes caillassés
HIER Enquête sur les rythmes scolaires
HIER Pour les musulmans de métropole, le ramadan commence samedi
HIER Horaires ramadan à la mairie de Mamoudzou
HIER Un grand spécialiste du droit de la famille au CUFR aujourd’hui
2 jours Avertissement pour les vendeurs à la sauvette à Bandrélé
2 jours Attention aux coupures d’eau ce vendredi à Dembéni
2 jours Législatives : Les Républicains en meeting

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Avertissement pour les vendeurs à la sauvette à Bandrélé
MCG débouté de sa demande d’indemnisation lors de l’audience de référé
L’affaire de la prise des 67 kilos d’or pourrait se conclure par une relaxe
Énervé par un barrage, l’ancien militaire tire, et blesse une jeune fille
Tribunal: Plaidoyer contre les petits boulots non déclarés
Rab de prison pour un incendiaire de cellule
Condamnation d’un passeur récidiviste : « En prison, pour lui éviter le lagon »
Relaxe TV Mafoumbouni : Jacques-Martial Henry renonce à faire appel


PORTRAITS
Goula Goula: les vainqueurs de la WebCup 2017
WebCup : pas de doute, Mayotte dispose d’un vivier de geeks et de créateurs internet



Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
27°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL