Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


Justice


Travail illégal : un propriétaire mis en cause pour le chantier de sa maison

Publié le mercredi 11 février 2015 à 15:57
Aucun commentaire

Le directeur d’une entreprise de maçonnerie n’était pas seul à être jugé en correctionnelle ce mercredi : le propriétaire de la maison qu’il construit lui tenait compagnie.

Casque sécurité chantierSami* est caporal chef. Tout en vivant en métropole, il souhaite faire construire sa maison à Mayotte, et contacte une entreprise de la place. Celle de Hamidou* qui est bien enregistrée comme EURL. Un devis est établi et signé.

En vacances, Sami décide de passer sur le chantier, donne un coup de main. Alors que le chantier a bien avancé, la Police aux Frontières passe et constate que les trois ouvriers présents n’ont ni casque, ni chaussure de sécurité. Deux sont français et le troisième est en voie de régulariser sa situation.

Mais ils n’ont ni bulletin de paie, ni contrat de travail, et ne se plaignent pas, « ça fait trop de papier », dira Ahmed*, alors que les trois hommes doivent toucher en tout et pour tout 500 euros chacun pour ce chantier. Vérifications faites, Hamidou a déjà été condamné en 2003 pour travail dissimulé, et a une dette de 19 000 euros envers les organismes sociaux et fiscaux.

Logiquement Hamidou est mis en cause, mais Sami aussi, suspecté qu’il est d’avoir choisi sciemment une entreprise qui ne déclare pas ses salariés. « Il aurait dû se renseigner sur le net », déclare un juge.

« A la mahoraise »

« Un procès à la fois banal pour le chef de travail illégal, et atypique, avec un propriétaire qui se retrouve à la barre », dira la substitut du procureur Laurence Prampart qui axait son réquisitoire contre Hamidou, « qui porte préjudice aux autres employeurs qui respectent la loi, lui qui n’assure pas une couverture à ses employés en cas d’accidents du travail ».

Mais reproche aussi à Sami « un manque de vigilance. Ne dit-il pas « je l’ai fait à la mahoraise » ! ». Elle demandera 2 500 euros d’amende pour Hamidou et 800 euros avec sursis pour Sami.

« Un dossier atypique en effet », reprend Me Souhaili qui rappelle que son client Sami est militaire « et pas un gendarme qui doit mener une enquête ! » Comme il le souligne, la vérification par le K-bis « avec un greffe fermé pendant un an », était et est toujours impossible, et se met dans la peau d’un particulier « qui ne contrôle pas si les ouvriers sur le chantier sont ou pas déclarés ».

Le tribunal condamnera Hamidou à 100 jours-amende à 20 euros (soit 100 jours de prison s’il ne s’en acquitte pas), et Sami est relaxé.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* Noms d’emprunt

Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
11:35 La manif des transporteurs scolaires converge vers Mamoudzou
4:30 Grève de l’intersyndicale de l’Education ce jeudi : UNSA rejoint la FSU
4:15 La France Insoumise : des mesures pour la jeunesse de Mayotte
4:00 Le patrouilleur Le Malin intercepte un palangrier en infraction de pêche
HIER Perturbation de la distribution d’eau potable ce mercredi soir à Ouangani
HIER Législatives partielles : La France Insoumise investit Abdullah Mikidadi et Christine Raharijaona
HIER Enquête porte à porte sur la gestion des déchets verts en Petite Terre
2 jours Levée de la vigilance-Orage ce mardi à 16h30
2 jours Grève : La FSU assume son mouvement du 22 février

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Le président du tribunal salue « des résultats satisfaisants »
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL