Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


International


Un rapport pointe le rôle de Bob Denard dans le génocide rwandais

Publié le lundi 5 février 2018 à 5:00
Aucun commentaire

L'association Survie vient de révéler un rapport de 35 pages qui met en cause le mercenaire Bob Denard et dans son sillage, l'Etat français, dans le génocide rwandais.

Un des pseudonymes de Bob Denard. Crédit orbspatrianostra.com

Un des pseudonymes de Bob Denard. Crédit orbspatrianostra.com

Plus de dix ans après sa mort, bien des mystères entourent encore la vie de Bob Denard. Surtout connu dans l’archipel comme « l’homme fort des Comores » où il a mené plusieurs coups d’état de 1975 à 1995, son travail de mercenaire a aussi façonné l’histoire sombre de l’Afrique.

L’association Survie a rendu publics plusieurs documents qui mettent en lumière les « missions » transmises par le gouvernement rwandais à des mercenaires français. Parmi eux, une société, Martin et Cie, dirigée par un certain  Robert-Bernard Martin. L’obscure entreprise est notamment chargée en 1994 d’assurer des missions de reconnaissance, mais aussi de former des agents au renseignement. Un courrier adressé au premier ministre Jean Kambanda fait état de « missions de reconnaissance » pour 40 000 dollars américains, et « d’assistance » pour 200 000 dollars. Un montant de 1 086 000 FF est alors versé au mercenaire par le biais de la banque BNP, le  juillet 1994. Six semaines plus tôt, l’ONU avait reconnu « l’existence du génocide » rappelle le rapport, sous-entendant que la banque ne pouvait ignorer le contexte du versement de ces fonds.
Dans un autre document, le fameux Robert-Bernard Martin est désigné comme « un citoyen français ».

Des missions pour les génocidaires… pour financer le coup d’Etat de Moroni ?

« À l’instar de Paul Barril, un certain Robert-Bernard Martin est donc à l’œuvre en 1994 en Afrique centrale aux côtés des génocidaires. Il n’est cependant pas évident, ni même tout à fait crédible, pour un illustre inconnu d’arriver en pleine crise et d’avoir la crédibilité suffisante pour gagner la confiance d’un régime criminel. Qui donc se cache derrière Robert-Bernard Martin ? » s’interroge l’association. Pour les auteurs de l’enquête, la réponse ne fait aucun doute.

Bob Denard, alias Robert-Martin Bernard

Bob Denard, alias Robert-Bernard Martin

« Au moment où le génocide des Tutsis se déroulait, Bob Denard préparait déjà sa future contribution à l’instabilité dans l’Océan indien : un nouveau coup d’État aux Comores. Dans un ouvrage qui retrace cette opération mercenaire en 1995, La dernière épopée de Bob Denard, l’auteur, JeanClaude Sanchez – un des mercenaires de l’opération –, explicite le pseudo utilisé à cette époque par Bob Denard : « […] Tout simplement parce que Bernard Martin est en réalité Bob Denard » »

 

Par ailleurs, un site sur Bob Denard présente des documents d’identité attestant des nombreux prête-noms du mercenaire. Ces documents, consultables à cette adresse, associent le Français au nom de Robert-Bernard Martin.

Un des documents rendus publics concernant le coup d'état de 1995

Un des documents rendus publics concernant le coup d’état de 1995

« Les signatures sur ces documents sont les mêmes que celle sur le reçu du 5 juillet 1994 à l’entête de l’ambassade du Rwanda à Paris… Reçu qui a permis à Robert Denard, alias Bernard Martin, d’empocher la modique somme de 1 086 000 FF de la part d’un régime génocidaire. Bob Denard ayant des besoins de financement pour ses diverses aventures mercenaires, on se doute que cet argent n’est pas resté inutilisé. » écrit l’association. Selon ses conclusions, l’argent gagné par Bob Denard au Rwanda lui aurait permis de financer en partie le coup d’état à Moroni, tout juste un an après.

L’intégralité du rapport de Survie est à retrouver ici.

Y.D.

Tagged under , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.



L'ACTUALITE EN BREF
16:42 Levée de la vigilance-Orage ce mardi à 16h30
15:03 Grève : La FSU assume son mouvement du 22 février
12:44 Plus de 1000 personnes à la manifestation intersyndicale
10:08 Mayotte en vigilance-Orage ce mardi à 10h
4:45 Grève Education: un choc d’investissement, dans le primaire aussi
HIER Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile
HIER Entretien des routes: Mamoudzou a investi 5,7 M€ en 3 ans
HIER Malgré l’absence de ramassage scolaire, le lycée du Nord est ouvert, rappelle son proviseur
HIER Le collectif des citoyens de Mayotte s’associe à la grève du 20 février sur fond de guerre syndicale

MAGAZINE
Les bénévoles décidés à s'investir pour leurs quartiers respectifs
Depuis Bandrajou, la mobilisation populaire contre la délinquance fait tâche d’huile


CARNET DE JUSTICE
Les juristes se mobilisent pour une justice plus proche des « plus défavorisés »
Le voleur récidiviste accuse « Belmondo » et prend 10 mois
Mouvement des magistrats ce jeudi contre les projets de réforme de la Justice
Accident mortel : deux ans avec sursis pour le conducteur fautif
« Look-like », ces escroqueries par centaines qui empoisonnent les compagnies aériennes
Sur Facebook, des gendarmes outragés… par un de leurs collègues
Violences conjugales : des « faits horribles » et « une pression monstrueuse »
Devant les juges, il se touche le sexe et part en prison


PORTRAITS
Joachima salimé portrait
Joachim Salime, une « tête bien faite »



Peugeot Partner

6 500€

Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€

Offre d'emploi

RESPONSABLE COMPTABLE ET FINANCIER


LA METEO A 5 JOURS
météo
29°
26°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL