Politique Société Economie Education Faits Divers Océan Indien Environnement Santé Loisirs Sport


CUFR


Une Université de l’Océan Indien «sans la suprématie de quiconque», assure Ericka Bareigts

Publié le mercredi 15 mars 2017 à 5:30
Aucun commentaire

Une université Océan Indien, « sans la mise sous tutelle par l’Université de La Réunion », prévient d’emblée, prudente, Ericka Bareigts en présentant ce mardi dans un amphithéâtre plein à craquer d’étudiants, son projet de création d’une Université de l’océan Indien.

"Appuyez nos demandes d'implantation d'un Campus universitaire", demandait Anrifa Combo

« Appuyez nos demandes d’implantation d’un Campus universitaire », demandait Anrifa Combo

On peut dire que les officiels présents dans l’amphi de Dembéni étaient en grande majorité toutes griffes dehors, le poil hérissé. Avec ce projet, beaucoup craignent une main mise de La Réunion au détriment de Mayotte… A l’image d’autres structures régionales Océan Indien. Anrifa Combo, la présidente du CUFR, ancre en préambule de son discours, la territorialité du Centre universitaire de Recherche et de Formation (CUFR) de Mayotte : « Madame la ministre, appuyez nos engagements pour la construction d’un Campus universitaire, dont nous attendons une délibération par la mairie. »

La crainte est de voir basculer la direction régionale vers l’île de naissance d’Ericka Bareigts, et que les infrastructures y voient le jour : « Il n’est pas question de construire à La Réunion des bâtiments dont Mayotte aurait besoin », affirme la ministre interrogée par les médias, « d’ailleurs le Contrat de projet prévoit la construction d’un Campus. » Deux terrains auraient été repérés dans la commune de Dembéni.

Tout en rajoutant plus tard, « en matière de mutualisation des moyens humains et financiers, c’est l’étude qui devra le préciser. »

Quel type de rapprochement ?

L'amphi avait fait le plein pour entendre la ministre

L’amphi avait fait le plein pour entendre la ministre

Le projet remonte aux années 2000, abandonné, puis relancé récemment, « nous attendons l’étude menée par Luc Hallade, l’ambassadeur délégué à la coopération régionale dans l’océan Indien, pour le mois d’avril. »

La ministre voit dans la création d’une Université de l’Océan Indien une coopération régionale qui boosterait les réseaux et les échanges internationaux : « Les mahorais pourraient partir en stage à Maurice, aux Seychelles, et plus loin, en Afrique Australe ou en Chine. » Un schéma qui respecterait les identités, « La Réunion et Mayotte seraient partenaires académiques et intellectuels.

Aurélien Siri, le Directeur du CUFR, n’est pas du tout rassuré : « Tout est encore très flou. S’agit-il d’un rapprochement administratif ? Ce qui paraît compliqué à 1.500 km de distance. La ministre ne semble pas le voir comme ça, et tient un discours positif pour les étudiants, d’échanges régionaux de type Erasmus. S’agit-il d’une université numérique, avec rapprochement des contenus pédagogiques ? On le pratique déjà en matière de recherche. » L’ère est aux rapprochements universitaires en métropole, souligne-t-il.

Mayotte doit encore mener ses propres projets

"Appuyez nos demandes d'implantation d'un Campus universitaire", demandait Anrifa Combo

L’universitaire chercheur espère surtout être sollicité par Luc Halade lors de son enquête préalable au projet. Mayotte et ses 1.053 étudiants, n’est encore qu’embryonnaire, « ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Agrandissons notre structure, consolidons-la en élargissant les filières universitaires et en créant un CROUS, et ensuite, envisageons une collaboration. »

Notre petit centre universitaire continue de faire pousser les compétences en ses murs, avec des Bac+3 désormais délivrés pour toutes les filières, et va se doter à la prochaine rentrée d’un premier Master dans les métiers de l’éducation et de la Formation.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

 

Tagged under , , , , , , , , ,
Laissez un commentaire sur l'article

Réagissez

Vous devez être inscrit pour laisser un commentaire.





L'ACTUALITE EN BREF
HIER Assemblée nationale : François de Rugy élu président
HIER Donnez votre avis sur le plan de prévention et de gestion des déchets dangereux
HIER Contrôle de taxis en Petite Terre: plusieurs infractions relevées
HIER Conflit Colas : En l’absence de blocage, la CGT Ma attend l’ouverture des négociations
HIER Le préfet de Mayotte reçu ce mardi par la ministre des Outre-mer
HIER Café Naturalistes sur l’île Europa
3 jours Un major de gendarmerie de la brigade de Mtsamboro visé par une enquête préliminaire
3 jours La petite Mélissa, disparue depuis lundi, retrouvée saine et sauve
3 jours Flou sur la date de l’Aïd El-Fitr

MAGAZINE
Antea IRD
Nos éponges et crustacés inventoriés par le Muséum National d’Histoire Naturelle


CARNET DE JUSTICE
Quand la drogue tourne la tête des policiers
Un jeune de 15 ans incarcéré à Majicavo pour des coups de couteau sur un élève
Lynchage autour d’un barrage, les accusés multirécidivistes quasiment indifférents à la barre
Chambre des métiers: le président Salim Soumaila conforté par un jugement de la Cour administrative d’appel
Détournement de 170.000€ : Le directeur du bureau de Poste n’ira pas en prison
Le tir de l’ancien militaire blessant une jeune fille lui vaut un an de prison avec sursis et de fortes amendes
Cambriolage de Kwezi TV : grosse médiatisation mais petit procès
Jugement de fraude aux passeports : « Il faut mettre les points sur les ‘i’ et les barres aux ‘t’


PORTRAITS
Goula Goula: les vainqueurs de la WebCup 2017
WebCup : pas de doute, Mayotte dispose d’un vivier de geeks et de créateurs internet



Sun Odyssey 45.2

Baisse de prix
65 000€


LA METEO A 5 JOURS
météo
28°
25°
tiempo.com  +info

JDM EN PDF


L'AGENDA
Pas de Évènements


HORAIRES DES BARGES
Petite terre - Quai Issoufali
  • Toutes les 1/2 heures
    de 05h30 à 20h00
  • Toutes les heures
    de 20h00 à 00h00
Grande terre - Gare maritime
  • Toutes les 1/2 heures
    de 06h00 à 20h30
  • Toutes les heures
    de 20h30 à 00h30

LE JOURNAL
SUIVEZ NOUS
LE JOURNAL