France-Comores : « Le document cadre n’est pas prêt à être signé », indique le Quai d’Orsay

En deux questions-réponses, le Quai d’Orsay résume un point presse tenu hier jeudi, à la suite de la visite privée du président comorien Azali Assoumani à Paris.

0
1512
Un des rond-points des 4 îles à Moroni (Grande Comore)

On sait que le sujet est sensible, puisque la signature en catimini d’une feuille de route avait précipité population Mahoraise dans la rue l’année dernière. Au passage, on peut voir que les mêmes causes produisent les mêmes effets en métropole, lors de signatures d’accord diplomatique, donc plus ou moins opaques, entre deux pays : le traité d’Aix-la-Chapelle franco-allemand ayant provoqué cette semaine des élucubrations allant jusqu’à imaginer perdre l’Alsace et la Lorraine…

La feuille de route franco-comorienne avait fait craindre un accord favorable à l’Union des Comores, et les Mahorais avaient demandé à être consulté à chaque discussion, a minima par le biais de leur 4 parlementaires.

Le président Azali est néanmoins marqué à la culotte dans le moindre de ses déplacements en France, ce qui fut le cas cette semaine. Provoquant une communication du ministère des Affaires étrangères françaises ce 24 janvier 2019, sous forme de deux courtes questions-réponses, que nous rapportons intégralement :

Un cercueil pour enterrer la feuille de route lors de la manifestation de mai 2018

Q – Le président Azali est actuellement à Paris. Vient-il pour signer le document cadre franco-comorien ?
R – Le président Azali est en France en déplacement privé. Il n’a demandé aucun rendez-vous avec des membres du gouvernement français. Le document cadre n’est pas prêt à être signé. Les élus de Mayotte sont consultés à chaque étape d’élaboration de ce projet de document cadre et le seront pour sa mise en œuvre lorsqu’il sera finalisé.

Q – La libre circulation des ressortissants comoriens vers Mayotte est-elle à l’ordre du jour ?
R – Nullement. Le visa pour se rendre à Mayotte, outil essentiel de maîtrise de l’immigration, est et demeure obligatoire.

A.P-L.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here