Apprentissage : la professionnalisation des acteurs en question

La semaine de l’apprentissage se clôt par une danse des Petits pains, non pas made by Charlie Chaplin, mais par Issa Abdou, en mitron d’un jour.

0
222
Issa Abdou entouré par Jean-Claude Martret et Rémi

Nous avons fait un point complet sur le contexte de l’apprentissage à Mayotte, ce mercredi avec Jean-Denis Larroze, le secrétaire général de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, aux côtés de l’élue Mariame Saïd, apprentie coiffeuse d’un jour.

Ce jeudi, c’est le 4ème vice-président du département Issa Abdou, qui se prêtait au jeu, loin des salons climatisés et feutrés de RUN & SENS, puisqu’il plongeait dans la chaleur du fournil de la boulangerie de Passamainty. Blouse de travail, chaussures de sécurité, il était coaché par le patron, Jean-Claude Martret, qui vit depuis 30 ans à Mayotte. S’il n’a pas toujours été boulanger, il accueille depuis de nombreux apprentis.

Professionnaliser les patrons avant les apprentis

Salimo pétrit…

« J’en ai 7 actuellement en rotation, des premières et des deuxième année du lycée polyvalent de Kawéni », nous rapporte-t-il. D’ailleurs, une partie de ses salariés sont d’anciens apprentis.

Alors, l’apprentissage ? Il en redemande ? « Oui, mais le frein, c’est leur formation. Elle est souvent insuffisante », rapporte-t-il. En faisant un lien direct avec les maîtres de stage, « les patrons qui les prennent en alternance sont sous-qualifiés, ce qui les empêche de progresser. »

Dans un coin, Salimo prépare la pâte, et au fur et à mesure, Rémi et Issa Abdou en font des formes cylindriques qui deviendront après cuisson, des baguettes de pain bien chaudes. Malgré la chaleur, l’élu ne perd pas son humour : « Ce qui m’aide, c’est qu’on nous dit souvent que nous, les politiques, nous roulons les gens dans la farine ! »

… et Issa Abdou roule

Une belle démo qui doit inciter les jeunes à se lancer dans un métier d’avenir à Mayotte, en témoignent les boulangeries qui ont fleuri un peu partout dans les villages ces dernières années.

Anne Perzo-Lafond

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here